دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

'

.

,

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Suivez notre programme en ligne sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou et Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***Restez connectés.
Programme RAMADAN EN LIGNE
PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN , Journée du 11 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi Ouzou


             ???? Un auteur... Un livre... Une lecture ????

✨Mouloud MAMMERI ✨

????BIOGRAPHIE
Né le 28 décembre 1917 dans le village de Taourirt Mimoun, commune d'Ath Yenni, wilaya de Tizi-Ouzou. Mouloud Mammeri fait ses études primaires dans son village natal.
En 1928, il part chez son oncle installé à Rabat au Maroc.
Dés son retour à Alger, il poursuit ses études au Lycée Emir Abdelkader puis au Lycée Louis-le-Grand à Paris.
En 1939 mobilisé puis libéré, il s'inscrit à la Faculté des Lettres d'Alger.
À la fin de la guerre, il prépare à Paris un concours de professorat de Lettres et rentre en Algérie en septembre 1947. Il enseigne à Médéa, puis à Ben Aknoun
De 1957 à 1962, Mouloud Mammeri reste au Maroc et rejoint l'Algérie au lendemain de son indépendance.
De 1968 à 1972, il enseigne le berbère à l'université dans le cadre de la section d'ethnologie, la chaire de berbère ayant été supprimée en1962
De 1969 à 1980, il dirige le Centre de Recherches Anthropolo- giques, Préhistoriques et Ethnographiques d'Alger (CRAPE)
En 1988, Mouloud Mammeri reçoit le titre de docteur honoris causa à la Sorbonne.
Mouloud Mammeri meurt le soir du 26 février 1989 des suites d'un accident de voiture à Aïn-Defla.
Le 27 février, sa dépouille est ramenée à son domicile, rue Sfindja à Alger. Mouloud Mammeri est inhumé le lendemain, à Taourirt Mimoun.

????BIBLIOGRAPHIE

????Romans
• La Colline oubliée. 1952,
• Le Sommeil du juste. 1952
• L'Opium et le Bâton. 1965,
• La Traversée. 1982

????Nouvelles
• Ameur des arcades et l'ordre. 1953
• Le Zèbre. 1957
• La Meute 1976
• L'Hibiscus. 1985
• Le Désert atavique. 1981
• Escales. 1985

????Théâtre
• Le Foehn ou la preuve par neuf. 1982,
• Le Banquet 1973.
• La Cité du soleil : Entretien avec Tahar Djaout, 1987

????Traduction et critique littéraire
• « Les Isefra de Si Mohand ou M'hand » 1969
• « Poèmes kabyles anciens » 1980
• « L'Ahellil du Gourara » 1984
• « Yenna-yas Ccix Muhand » 1989.
• « Machaho, contes berbères de Kabylie », Paris, Bordas.
• « Tellem chaho, contes berbères de Kabylie » 1980.

????Grammaire et linguistique
• « Tajerrumt n tmazigt (tantala taqbaylit) » 1976.
• « Précis de grammaire berbère » 1988
• « Lexique français-touareg », en collaboration avec J.M. Cortade, 1967.
• « Amawal Tamazigt-Français et Français-Tamazigt », Imedyazen 1980.
• « Awal », cahiers d'études berbères, sous la direction de M. Mammeri, 1985-1989

????L'Opium et le bâton:

Résumé :

C'est l'histoire de Thala, petit village perché dans les montagnes, celui de Bachir Lazrak, médecin, qui a fait ses études à Paris, partagé entre son envie irrésistible de combattre avec ses frères Algériens et son éducation parisienne, il partira les aider......
Son frère Belaïd, professeur, renseigne les français ......
Ali, le troisième frère quant à lui choisit la lutte et le maquis.
Il rêve d'admirer le drapeau vert, blanc et rouge flotter sur Alger ...
Ce roman historique, instructif et engagé, est d'une intense richesse littéraire. La description poétique d'Alger au début de l'ouvrage le montre et bien d'autres images tout aussi ciselées telle une peinture colorée et nuancée... Le côté documentaire, vivant, dur, réaliste, nous fait revivre au jour le jour la résistance des habitants de Thala pendant la guerre de libération nationale. La plupart, mobilisés, ont rallié le mouvement indépendantiste, mais les français ont décidé de rayer Thala de la carte ........
Nous découvrons nombre de situations et de destins personnels où la chaleur humaine, la rancœur, l'amitié, la famille, le patriotisme, l'attachement à des valeurs fortes, la passivité, le courage, la peur, la pleutrerie, le sens du devoir mais aussi : des moyens vils pour certains individus tel Tayeb, celui qui a vendu son âme au diable ...
Idem pour Bélaid, qui renseigne les français mais n'hésite pas à informer l'autre côté .......
Mammeri décrit avec brio le dur quotidien de ces personnes, qui acculées et tourmentées montreront dans l'épreuve douloureuse de la guerre leur lâcheté ou leur héroïsme.
Chacun mettra sa nature à nu, dans une situation cruelle et dramatique. Ils s'interrogeront, chercheront tout au fond d'eux- mêmes, une solution.
Une belle œuvre où la réalité dépassait les phrases de loin,.......où les combattants, vivant dans la nuit et les bois avaient désappris la douceur, pour longtemps ...