دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

les vœux du directeur L'aid thamarvouhth

.

'

.

,

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Suivez notre programme en ligne sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou et Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***Restez connectés.
Programme RAMADAN EN LIGNE
PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 21 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi Ouzou



✨Un jour, Un atelier✨

Atelier N°15 : Danse classique (II)
Animatrices: BACHI Maya & ABOUDIL Anais
Nombre d'adhérentes : 79
Âge d'inscription : 06 à 25 ans

???? Un auteur...Un livre...Une lecture ????

✨MOHAMMED DIB ✨

????Biographie :

Mohammed Dib est né le 21 juillet 1920 dans une famille de la petite bourgeoisie tlemcénienne.
En 1931, son père décède laissant sa famille dans une situation précaire. Sans être autobiographiques, les premiers romans de l'écrivain portent l'empreinte de cette période difficile. Il poursuit malgré tout sa scolarité au collège de Tlemcen, puis au lycée d'Oujda, au Maroc, où vit sa tante maternelle. C'est à cette époque qu'il commence à écrire, mais aussi à peindre.
Au sortir du lycée, en 1938, Mohammed Dib prend un poste d'instituteur pendant une année au lieu-dit ZoudjBeghal, situé dans une région aride à la frontière algéro-marocaine.

En 1940, il est requis civil au Génie militaire à Tlemcen.
En 1942, interprète-rédacteur français-anglais au Service Prêt-Bail à Alger.
En 1944 de retour à Tlemcen Mohammed Dib exerce, jusqu'en 1947, différents métiers : comptable, dessinateur et fabricant de tapis, précepteur.
En 1948, il participe aux Rencontres de Sidi Madani, organisées près de Blida par les Mouvements de Jeunesse et d'Éducation populaire
De 1950 à 1952, Mohammed Dib vit à Alger et travaille comme journaliste à Alger républicain. Il y fait des reportages sur les mouvements sociaux en Algérie, écrit des articles engagés sur les conditions de vie des Algériens sous domination coloniale, et des chroniques culturelles. Il a pour collègue Kateb Yacine.
En 1951, Il se mari à Alger avec Colette Bellissant, la fille de son ami Roger Bellissant, un instituteur progressiste de Tlemcen.
Jusqu'à son départ d'Algérie en 1959, Mohammed Dib est employé dans la correspondance et la comptabilité commerciale. Arrivé en France, il se fixe dans les Alpes-Maritimes.

En 1964, Mohammed Dib s'installe en Région parisienne, à Meudon , puis à La Celle-Saint-Cloud en 1967.

En 1974, Mohammed Dib enseigne comme Regent's Professor à UCLA, à Los Angeles, Californie.

À partir de 1975, il se rend régulièrement en Finlande où il collabore, avec Guillevic, à des traductions d'écrivains finlandais.

De 1983 à 1986, Mohammed Dib est professeur associé au Centre international d'études francophones de la Sorbonne (Paris). Il y enseigne l'écriture littéraire.

Il meurt le 2 mai 2003 à l'âge de 82 ans, à La Celle Saint-Cloud, où il est enterré.

????Distinctions :

• Prix Fénéon pour son premier roman La Grande maison. 1953
• Prix René Laporte pour le recueil de poésie Ombre gardienne. 1962
• Prix de l'Association des Écrivains de Langue Française pour le
roman Habel. 1977
• Le Grand Prix de la Francophonie décerné par l'Académie française, attribué pour la première fois à un écrivain maghrébin. 1994
• Le prix Mallarmé est attribué à son recueil de poésie L'Enfant jazz. 1998
• Grand Prix du Roman de la Ville de Paris à l'ensemble de son œuvre romanesque.
• le Prix des Découvreurs de la Ville de Boulogne/Mer récompense l'ensemble de son œuvre poétique. 2001
• plusieurs prix de l'Académie française pour la poésie ou les romans.

????Œuvres :

???? Roman :
• La Grande Maison. 1952
• L'Incendie. 1954
• Le Métier à tisser. 1957
• Un été africain, 1959
• Qui se souvient de la mer. 1962
• Cours sur la rive sauvage. 1964
• La Danse du roi. 1968
• Dieu en barbarie. 1970
• Le Maître de chasse. 1973
• Habel, roman. 1977
• Les Terrasses d'Orsol. 1985
• Le Sommeil d'Ève. 1989
• Neiges de marbre. 1990
• Le Désert sans détour. 1992
• L'Infante maure. 1994
• Si Diable veut. 1998
• L.A. Trip. 2003
• Comme un bruit d'abeilles. 2001

????Nouvelle :
• Au café. 1955
• Le Talisman. 1966
• La Nuit sauvage. 1995
• L'Arbre à dires. 1998

????Contes pour enfants :
• Baba Fekrane. 1959
• L'Histoire du chat qui boude. 1974
• L'Hippopotame qui se croyait vilain. 2001

????Poésie :
• Ombre gardienne. 1961
• Formulaires. 1970
• Omneros. 1975
• Feu beau feu. 1979
• O vive. 1987
• L'Aube Ismaël. 1996
• L'Enfant jazz. 1998
• Le Cœur insulaire. 2000
• Poésies. 2007

????Théâtre :
• Mille hourras pour une gueuse. 1980

????Essai :
• Simorgh. 2003
• Laëzza. 2006

????Album photographique :
• Tlemcen ou les Lieux de l'écriture. 1994

????Résumé du jour :

????La Grande Maison (1952) :

L'histoire se déroule dans l'Algérie de 1939 , elle raconte la vie d'une famille nombreuse et très pauvre. Le héros est un petit garçon d'une dizaine d'années qui ne mange pas tous les jours à sa faim. Omar et sa famille vivent dans une petite chambre à Dar Sbitar (une maison collective où s'entassent plusieurs familles qui partagent la cour, la cuisine et les toilettes). Aïni,la mère se tue au travail pour faire vivre sa famille, mais l'argent qu'elle gagne ne suffit même pas à acheter du pain. Devant les réclamations quotidiennes de ses enfants, la mère est désemparée. Elle maudit son défunt mari qui est parti se reposer en la laissant dans la misère. À tous ces malheurs venait se rajouter la grand-mère Mama (paralytique) abandonnée par ses enfants chez sa fille Aïni. C'est une autre bouche à nourrir. Parmi tous les habitants misérables de Dar Sbitar se distingua Hamid Saraj, jeune homme cultivé et respectable. Il est le symbole de la révolte et de la prise de conscience. Son arrestation bouleverse les habitants de la modeste résidence. Les cris de la sirène annonçant la guerre assemble les habitants de Tlemcen dans les rues. Ce spectacle émerveille Omar et le projette dans le futur : devenir un homme.
Le roman se referme sur la famille réunie autour de la maïda pour le dîner. Le sourire de Omar offrira une lueur d'espoir d'un jour nouveau.

 

 

 
On clôture cette magnifique soirée dédiée à Cherif KHEDDAM, avec ce légendaire titre du Maestro "A Ld'zayer nchallah Ats Hlodh"