دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

'

.

,

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Suivez notre programme en ligne sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou et Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***Restez connectés.
ASMEKTI - إستذكار- ÉVOCATION
ASMEKTI - TAHAR DJOUT

Asmekti TAHAR DJOUT 

Cela s'est passé un 26 mai 1993, Attentat meurtrier contre Tahar Djaout
Écrivain, poète, journaliste et directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Ruptures, Tahar Djaout est victime d'un attentat terroriste le 26 mai 1993. Il succombe à ses blessures après huit jours de coma. Il est le premier journaliste assassiné durant la décennie noire.
Le 26 mai 1993, Tahar Djaout quitte son domicile, à Bainem, à neuf heures du matin. Alors qu'il met en marche le moteur de sa voiture, un jeune tapote sur sa vitre. Son assassin pointe sur lui le canon d'un pistolet, puis tire sur lui. Deux balles dans la tête.
Tahar Djaout est ensuite extirpé de son véhicule et celui-ci utilisé par l'assassin dans sa fuite, en compagnie d'autres complices.
Des voisins donnent l'alerte et les secours arrivent bientôt sur les lieux. Tahar Djaout est déjà dans le coma. Evacué vers l'hôpital de Bainem, il succombe à ses blessures une semaine plus tard, soit le 2 juin. Il sera enterré le 4 juin dans son village natal d'Oulkhou, laissant derrière lui trois filles et une veuve enceinte de leur quatrième enfant.
« Alors l'idée même d'oasis sera ensablée, et ne demeurera que le tact des récifs nous ballottant dans une errance noire et indénombrable » (Tahar Djaout, Insulaire, 1980).