دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

'

.

,

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Suivez notre programme en ligne sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou et Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***Restez connectés.
Un auteur...Un livre...Une lecture
✨Tahar Oussedik✨
✨Tahar Oussedik✨
????BIOGRAPHIE :
Tahar Oussedik, instituteur, inspecteur et cadre à l'Académie d'Alger, est né en 1913 à Sidi Naamane (Tizi-Ouzou) d'une famille originaire de Ain-El-Hammam. A la fin des années trente, il est instituteur dans un village de la wilaya de Médéa.
Pendant la deuxième guerre mondiale il se porte volontaire pour combattre le nazisme. A sa démobilisation il reprend ses activités politiques au sein du mouvement national (PPA – MTLD) en même temps que son travail dans l'enseignement. Arrêté une première fois en 1951, il déploie, pendant la guerre de libération, une activité soutenue dans la clandestinité à Alger. Il sera arrêté et torturé par les paras de Bigeard. Trente six jours de tortures et de souffrances atroces lui laisseront des séquelles. Il partageait la cellule du défunt Ali Boumendjel, assassiné sous la torture. C'est la mort de ce dernier et la campagne d'indignation qu'elle soulève qui permet aux treize détenus survivants de cette geôle de dix huit combattants algériens d'avoir la vie sauve. Il est transféré au camp de Béni Messous.
Une fois libéré, il décide se réfugier en Tunisie pour continuer la lutte. Il rejoint les rangs de l'ALN mais, à l'indépendance, renonce à son grade d'officier pour se mettre au service de l'école algérienne.
A la retraite, il s'adonne à l'écriture. Il décède le 23 0ctobre 1994 à Alger.
Source : La Dépêche de Kabylie
????ŒUVRES :
• La Berbérie. 1989
• Lla Fat'ma N'Soumeur. Alger : Laphomic, 1983
• Les Poulains de la liberté (1981)
• Oumeri. ENAG, 2005
• si smail. 1981
• insurecction en Algérie 1871. 1984
• Des héroïnes Algériennes dans l'histoire. 2005
• Apologues. ENAL, 1986
• Le Royaume de Koukou. ENAL , Alger , 1986
• Contes populaires. ENAL, 1985
• Bou beghla. L'homme à la mule. : Le mouvement insurrectionnel de 1850 à 1854.
• Le royaume de Koukou. ENAL, 1986
????RÉSUMÉ DU JOUR:
????Le royaume de KOUKOU. 1986:
A l'arrivée des frères Barberousse, Aroudj et Khair-Eddine, à Alger en 1512, Ahmed At-Lqadi était déjà un personnage de légende dont l'aura embrassait une grande partie du territoire kabyle. Koukou, un village accroché à flanc de montagne, sur un promontoire dans la tribu des At-Yahia, près d'Aïn-el-Hammam, accueille son camp retranché qui deviendra, quelques années plus tard, la capitale de son royaume.
Descendant d'un célèbre juriste originaire d'At-Ghobri, dans la région d'Azazga, les At-Lqadi s'établissent dans la vallée du Sébaou dès la fin du XIVe siècle. Tout en faisant fructifier leur fortune dans la plaine, ils étendent peu à peu leur influence sur les tribus de montagne. Leur pouvoir politique ne commence, cependant, à s'imposer qu'au début du XVIe siècle, lorsque Si Ahmed At-Lqadi, ancien Cadi à la cour des Hafsides de Bougie, est nommé « gouverneur » de la province qui s'étend de Jijel jusqu'à l'oued Sébaou, dans la région de Tizi-Ouzou. Lorsque les Espagnoles s'emparent de Bougie en 1510, la famille régnante des Hafsides est en déroute. Si Ahmed At-Lqadi organise alors la résistance, et réussit à stopper l'offensive ennemie. Son autorité ainsi légitimée par le sabre, il devient, en 1514, le premier souverain de Koukou.