دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

.

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
Un auteur...Un livre...Une lecture
Un auteur...Un livre...Une lecture ✨Abdelhamid Benhedouga (1925-1996)✨
Un auteur...Un livre...Une lecture 
✨Abdelhamid Benhedouga (1925-1996)✨
BIOGRAPHIE :
Abdelhamid Benhedouga, né le 9 janvier 1925 à El Mansoura en Algérie et mort le 21 octobre 1996 à Alger, est l'un des plus grands écrivains algériens de langue arabe.
Il fait ses études dans les deux langues arabe et française, d'abord dans le petit village d'El Hamra, non loin d'El Mansoura, il intégre ensuite l'Institut Ketani à Constantine et la Zitouna de Tunis. De retour en Algérie, il compose des pièces radiophoniques en arabe pour l'ORTF et la BBC. Militant nationaliste durant la guerre de libération nationale, recherché par la police, il part pour la France en 1955.
En 1958, il rejoint le FLN à Tunis où il collabore à la radio « La voix de l'Algérie ».
Auteur de plusieurs romans, dont le plus connu est Le vent du sud (Rih el Djanoub), sujet d'un film et traduit en français, en hollandais, en allemand et en espagnol. Ce texte dense traite de la question agraire. Il est considéré par la critique comme le premier véritable roman algérien de langue arabe.
Président du Conseil National de la Culture (1990) et vice-président du Conseil National de Consultation (1992), après un bref passage à la tête de l'ENAL. Il démissionne du CNC le 26 juillet 1993.
Il décéde en 1996 à Alger.
ŒUVRES :
• Al Djazair Bayn elamsi wal yawmi (L'Algérie entre hier et aujourd'hui). Recueil d'articles, 1958
• Dhilalun Djazaïria (Ombres Algériennes). Beyrouth, 1960
• Al Ashiaa As Sabâa (Les Sept Rayons). Tunis, 1962
• Al Arwah Ash Shaghira (Âmes Vacantes). Alger : SNED, 1967
• Rih al Djanoub. Alger : SNED, 1971. Le Vent du Sud, Alger, SNED, 1978. Traduit en français par Marcel Bois.
• Nihayatou al Ams. Alger : SNED : 1974. La Fin d'hier, Alger, SNED, 1980. Traduit en français par Marcel Bois
• Al Kateb wa Qissas Okhra . Alger : SNED, 1974. L'Écrivain et autres nouvelles.
• Banae As Soubh. Alger : Sned, 1981. La Mise à nu. Alger : SNED, 1981. Traduit en français par Marcel Bois
• Al-Djāziyyaẗ wa al-darāwīch. Alger : SNED, 1983. El-Djazia et les derviches, Alger, ENAL, 1992. Traduit en français par Marcel Bois.
• Wa Ghadan yaoum Djadid. Ed. Al Andalous, 1992. Je rêve d'un monde. Paris : Marsa, 1997. Traduit en français par Marcel Bois
De 1957 1974, il écrit plus de deux cent pièces radiophoniques pour la radio tunisienne, la BBC et la Radio et Télévision Algérienne.
????RÉSUMÉ DU JOUR:
????« Vent du Sud. Rih al-janub. » 1971.
Nafissa, étudiante à Alger, passe ses vacances dans le domaine de son père, un riche propriétaire terrien qui la destine à un personnage influent du village pour sauver ses terres de la nationalisation dans l'Algérie fraîchement indépendante.
Nafissa, refusant de se soumettre à la décision de son père, se heurte à l'esprit féodal dominant. Elle s'enfuit. Blessée et perdue dans la montagne désertique, elle est recueillie par Rabah, un berger, qui la fait soigner par sa mère. C'est la rencontre de deux jeunes révoltés et la naissance d'un amour interdit.
Entre traditions et modernité, ruralité et urbanisme, le roman aborde aussi le poids du patriarcat dans la société.