دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

.

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
Un auteur...Un livre...Une lecture
???? Un auteur...Un livre...Une lecture ???? ✨Nabile Farès (1940-2016)✨
???? Un auteur...Un livre...Une lecture ????
✨Nabile Farès (1940-2016)✨
BIOGRAPHIE :
Né le 25 septembre 1940 à Collo, Nabile Farès est un écrivain et poète de langue française et psychanalyste de formation. Il est le fils d'Abderrahmane Farès, président de l'Exécutif provisoire en 1962.
Il effectue des études en Algérie puis en France où il obtient un doctorat en sociologie (1971), sous la direction de Germaine Tillion et une maitrise de philosophie, sur Merleau-Ponty et la psychanalyse, sous la direction d'Emmanuel Lévinas.
Il enseigne ensuite en France, en Espagne, en Algérie et de nouveau en France où il devient maître de conférences en littérature comparée à l'université Stendhal de Grenoble et directeur d'un centre de recherches en francophonie.
À partir de 2004, il exerce en tant que psychanalyste, à l'hôpital La Fontaine à Saint-Denis, puis, en privé, à Paris.
La Thématique de son œuvre est l'Algérie sous domination coloniale française, la décolonisation, la guerre, l'indépendance algérienne, et l'histoire contemporaine algérienne. Il est décédé à Paris le 30 aout 2016
La disparition de Nabile Farès, l'un des auteurs-phares de la littérature maghrébine postcoloniale d'expression française, signe la fin d'une époque.
ŒUVRES :
• Yahia, pas de chance. Le Seuil, 1970,
• Le Chant d'Akli. P.-J. Osvald, 1971
• Un passager de l'Occident. Le Seuil, 1971
• Le Champ des oliviers. Le Seuil, 1972
• Mémoire de l'absent. Le Seuil, 1974
• L'Exil et le désarroi. François Maspero, 1976
• Chants d'histoires et de vie pour des roses des sables. L'Harmattan, 1978
• La Mort de Salah Baye ou la vie obscure d'un Maghrébin. L'Harmattan, 1980
• L'État perdu. Actes Sud, 1982
• L'Exil au féminin : poème d'Orient et d'Occident. L'Harmattan, 1986
• L'Ogresse dans la littérature orale berbère. Karthala, 1994
• Le Miroir de Cordoue. L'Harmattan, 1994
• Le Voyage des exils, dessins de Kamel Yahiaoui. La Salamandre, 1996
• Les Exilées, histoires, dessins de Kamel Khélif. Amok, 2001
• La Petite Arabe qui aimait la chaise de Van Gogh, dessins de Kamel Khélif. Amok, 2002
• Il était une fois l'Algérie. Tizi-Ouzou. Ed. Achab, 2011
• EN ANGLAIS/IN ENGLISH: Hearing Your Story. New Orleans Press, 2010
• A Passenger from The West. New Orleans Press, 2010
• Exile and Helplessness. Diálogos Books, 2012
• Maghreb, étrangeté et amazighité. Alger, Koukou Editions, 2016.
• L'Etrave. Voyages à travers l'islam. Alger, Ed. Barzakh, 2017.
• Dialogues d'immigrés en France. Théâtre
• Histoire de Malika et de quelques autres. Théâtre
• La Nuit de Benjamin,Textes écrits contre un pays défunt. Théâtre
• Corps tombés de guerres obscures. Théâtre
• La Vie d'Héphaïstos. Théâtre
• Complainte des enfants du XXIe siècle.
DISTINCTIONS :
• Prix André-Jullien du Breuil de l'Académie française en 1971
• Prix André-Barré de l'Académie française en 1972
RÉSUMÉ DU JOUR:
« Mémoire de l'absent, Découverte du monde »
Récit de la vie d'Abdenouar, de ses rapports avec les membres de sa famille ou d'un lycée d'Alger ; mythe touchant aux origines de la constitution arabo-berbère du Maghreb, ce deuxième livre, par l'intermédiaire des personnages de Jidda - la Vieille - et du Récitant, enracine ses pages et son propos dans les plus lointaines données de la mémoire collective. Telle est l'importance du récit de la mort de Kahéna, prise, comme celle d'Abdenouar, dans l'étendue du langage de l'Outre, métaphore par laquelle sont signifiés le passage, l'abondance, et l'écoulement de la vie.
"Mémoire de l'Absent" restitue par et dans le langage la cassure mentale et sociologique d'un monde en pleine destruction.