دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

.

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
LA MINUTE CULTURE GÉNÉRALE
#الأيام_الوطنية_للباس_الجزائري ✨ KARAKOU✨
#الأيام_الوطنية_للباس_الجزائري
✨ KARAKOU✨
Le karakou est apparu au xixe siècle à Alger, il est l'évolution de la ghlila (diminutif algérois du mot arabe ghalila ou ghilala), un vêtement d'origine levantine ottomane déjà connu au xve siècle qui a été influencé par l'apport berbero-andalous. La différence entre les deux costumes est que le karakou est cintré à la taille, tandis que la ghlila possède un décolleté. Ainsi, le karakou est l'héritier des vestes de différentes longueurs du système vestimentaire féminin algérois à partir du xvie siècle.
D'abord réservée aux Algéroises les plus aisées, les femmes des couches moyennes accèdent à la ghlila, entre le xvie et xviie siècles. Elle se décline en deux versions : celle « modeste », issue du modèle local du xve siècle et celle « distinguée » plus proche du modèle turc. Puis, deux autres dérivées vont s'introduire dans le paysage vestimentaire féminin : la frimla et la ghlila dite djabadouli, semblable à la ghlila, mais munie de manches longues fixes, portée en hiver ou en été.
L'apparition de vestes ajustées au corps constitue une innovation dans le paysage vestimentaire urbain du Maghreb. Le karakou se raréfie au début du xxe siècle, conséquence de la baisse de niveau de vie de la population algérienne, toutefois, il persiste tout au long de l'époque coloniale. Il se modernise après l'indépendance du pays, il représente la tenue incontournable des Algéroises, portée pendant leur fête.
Les débuts des années 1980 sont ponctués d'un modèle, plus classique et plus imposant, abolissant tous les dérivés tels que le boléro ou la veste droite à manches courtes des décennies précédentes. Le karakou retrouve sa coupe originale, cintrée, évasée à partir de la taille et aux manches longues.
Le karakou est aujourd'hui un habit traditionnel porté lors des mariages algériens dans tout le territoire national et hors de l'Algérie.

#الأيام_الوطنية_للباس_الجزائري
تحت شعار #لباسي_ذاكرتي_وثقافتي
 Synthèse des sources faite par: Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou
Crédit photo : Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou