دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

✨PENSÉE ✨ Dahmane El Harrachi : 40 ans déjà ! 31 août...

PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 12 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi...

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
Un auteur...Un livre...Une lecture
✨Mohand Saïd Lechani (1893-1985)✨
✨Mohand Saïd Lechani (1893-1985)✨
BIOGRAPHIE :
Instituteur, pédagogue, militant politique et syndical algérien, Mohand Said Lechani est né le 15 mai 1893 à Ait-Halli, dans l'actuelle commune d'Irdjen en Kabylie
Lechani passe le « Certificat d'études indigène » puis rentre à l'école normale où la ségrégation entre les communautés règne, implacable.
Berbérisant et socialiste, il est considéré comme une figure pionnière de l'Algérie contemporaine. Il a participé à tous les mouvements socio-politiques et culturels destinés à l'émancipation de l'Algérie avec, comme point de départ, l'éducation et l'instruction qu'il voulait généralisées à tous.
En 1912, Lechani adhère à la Ligue de défense des droits de l'homme et du citoyen, au Syndicat des instituteurs de France et des colonies ainsi qu'à la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO)
En 1919, il est diplômé de langues berbères à l'Institut des hautes études de Rabat en 1919 (parler Ntifa du Sud de l'Atlas)
En 1922, Lechani cofonde la revue « La Voix des Humbles », périodique socio-éducatif des instituteurs d'origine algérienne qui revendiquaient l'égalité des Droits civiques et sociaux.
En juin 1936, il participe activement au Congrès Musulman d'Alger.
En 1938, il participe à la naissance du journal anticolonialiste de la Gauche algéroise, « Alger républicain »
Dans les années 1930, il exerce en qualité d'enseignant à l'école Brahim Fatah d'Alger
En 1933-1934, cet éducateur prolétarien introduit l'imprimerie à l'école dans l'Algérois.
En 1933, il adhère à la Coopérative de L'enseignement laïc de Freinet (CEL)
En 1948, il est diplômé de la Faculté des lettres d'Alger.
Au début des années 1950, il prend part aux enquêtes et travaux de la Commission chargée de l'élaboration du Français fondamental, dirigée par le célèbre linguiste Georges Gougenheim.
À partir de 1945, Lechani représente la Kabylie au Conseil général d'Alger, à l'Assemblée financière et à la Commission supérieure des réformes musulmanes et déploie une activité intense au profit des masses algériennes.
En 1946 et 1949, Il initie deux grandes réformes politiques arrachées à l'administration coloniale : la naissance des nouveaux Centres municipaux dans la circonscription de Fort-National ; et la fusion des enseignements primaires qui consacre l'école unique pour tous les écoliers d'Algérie sans distinction de race ni d'origine.
En septembre 1955, il est signataire de la « motion des 61 » rejetant la politique d'intégration prônée par Jacques Soustelle.
En décembre 1955, il démissionne de ses mandats politiques à l'appel du FLN.
En 1958, il rejoint la mission du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de Rabat où il s'occupe des questions d'éducation et d'information.
Rentré au pays à l'Indépendance, il se retire définitivement de la vie politique et se consacre à des activités intellectuelles et littéraires, ainsi qu'à l'alphabétisation et l'encadrement scolaire en qualité de Conseiller pédagogique bénévole dans l'académie d'Alger.
Au début des années 1970, Il prêtera un concours actif à l'écrivain Mouloud Mammeri lors de ses démarches contre la suppression du Cours de berbère de la Faculté des lettres d'Alger.
Mohand Lechani s'éteint le 25 mai 1985 à son domicile d'Alger. Il est inhumé dans son village natal d'Ait-Halli à Tazegwart n Bouhelwan.
Lechani était le disciple de grands spécialistes des études et de la dialectologie berbères tels que : Said Boulifa, Émile Laoust et André Basset puis, plus tard, compagnon de recherches d'André Picard, dernier responsable de la chaire de berbère de la Faculté des lettres d'Alger. Ses écrits et ses réflexions s'inscrivent dans le cadre du mouvement d'éveil et de sauvegarde de l'identité et de la culture berbères d'expression kabyle, entamé au début du XXe siècle par une poignée de lettrés kabyles, issus du monde éducatif.
DISTINCTIONS :
• Médaille d'argent et de bronze des instituteurs.
• Récipiendaire des Palmes académiques.
• Officier d'instruction publique.
RÉSUMÉ DU JOUR :
Du bon usage de la pédagogie. Paris : Editions Les chemins qui montent, 2017.
C'est un document précieux et stimulant que ce recueil de textes de Mohand Saïd Lechani qui apporte un éclairage sur un des aspects méconnu de l'histoire de la pédagogie Freinet, du mouvement syndical enseignant et des luttes pour la décolonisation.

 Synthèse des sources faite par: Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou