دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

✨PENSÉE ✨ Dahmane El Harrachi : 40 ans déjà ! 31 août...

PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 12 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi...

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
Un auteur...Un livre...Une lecture
Lâadi Flici (1937-1993
Lâadi Flici (1937-1993)✨
BIOGRAPHIE :
Médecin, écrivain, conférencier, romancier, essayiste et nouvelliste Lâadi Flici, est né le 12 novembre 1937 à Alger, au cœur de la Casbah d'Alger.
Lâadi Flici, fut aussi ancien président de la section universitaire du FLN, ancien président du Comité exécutif de l'UGEMA, responsable de l'Union nationale des étudiants algériens (UNEA) durant les premières années d'indépendance de l'Algérie (après 1962), membre du Conseil consultatif national (CCN) mis en place par le pouvoir au début des années 1990.
Le 6 juin 1952, il obtient son certificat d'études primaires, ainsi que son brevet sportif scolaire de l'enseignement du premier degré, le 20 juin de la même année.
Très jeune, alors élève à l'école Sarrouy, Lâadi avait d'autre préoccupation que d'aller à l'école, comme s'engager pleinement dans la lutte de libération nationale.
En 1954, il finit donc par interrompre ses études pour s'activer, dans un premier temps, au sein de l'Union de la jeunesse démocratique algérienne (UJDA). Il adhère, en parallèle, à la branche de la jeunesse communiste, ainsi qu'au mouvement du journal « Alger Républicain ».
En 1956 après son incarcération , à la prison Barberousse il décide de commencer ses études de médecine, qu'il entame dès lors, avant de les interrompre durant une année, de 1962 à 1963.
Engagé sur la scène littérature, Lâadi Flici sera membre fondateur de la première Union des écrivains algériens (UEA) créée le 28 octobre 1963. Il est aussi vice président du conseil de l'association El Ankaouiya, présidée par feu Boujemaa Mohamed dit El Ankiss, et membre du comité de mélomanes de cette même association culturelle, artistique et populaire.
En 1964, Lâadi reprend ses études de médecine. Il soutient sa thèse de Doctorat en 1967 et se spécialise en psychiatrie, avant de changer pour la pédiatrie. Il exerce des années durant à l'hôpital Mustapha Pacha puis à l'hôpital Parnet avant de s'installer, et d'ouvrir son propre cabinet.
Il est assassiné dans son cabinet médical par des terroristes le 17 mars 1993 dans son cabinet médical.
Dans ses écrits, Lâadi Flici a toujours chanté la Casbah d'Alger, l'Amour, le sport, le Mouloudia, les jeux de la boqala, les chansons de l'escarpolette, Bir Djebbah, Zoudj Aioun...il chantait la culture de sa Casbah adorée. Il a touché à la quasi-totalité des genres littéraires.
Le Théâtre de Verdure d'Alger porte son nom.
DISTINCTIONS :
Grand prix international de littérature consacré à la ville d'Alger en 1987.
ŒUVRES :
• La passion humaine. Paris : Éditions J. Millias-Martin, 1956
• La démesure et le royaume. Alger : Éditions SNED, 1969
• Les Mercenaires (théâtre). Alger : Éditions SNED‚ 1973
• La Cour des Miracles (théâtre). Alger : Éditions SNED‚ Alger‚ 1978
• La Houle (nouvelles). Éditions SNED‚ 1982
• Les feux de la rampe (nouvelles). Éditions SNED‚ 1982
• Clair-obscur (nouvelles). Éditions ENAL, 1984
• (chronique). Éditions ENAL, 1984
• Sous les terrasses d'antan. Éditions ENAL, 1985
• Le temps des cicfnn. : Chronique du temps qui passe. ENAL, 1984

Synthèse des sources faite par: Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou