دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

.

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
PATRIMOINE BERBÈRE
✨Aεessas n wexxam ✨
✨Aεessas n wexxam ✨
Un proverbe dit : " Ixxamen s yiεessasen " qui signifie que "toutes les maisons ont leurs gardiens ", et c'est par-delà les maisons et le village, le monde entier qui regorge de Génies : " Ur tessrusuḍ ara a bnadem aḍaḍ-ik deg ur yelli u εessas " qui signifie que '' l'homme ne peut nul part poser le bout de doigt dans trouver un gardien ''.
Ils constituent la cohorte innombrable des êtres invisibles, mal définis, mais conçus à l'image de l'homme, menant une vie parallèle à la sienne, mais sur un autre plan, ils naissent, vivent, se marient et peuvent avoir des enfants.
Leur rôle essentiel et de veiller sur l'homme. Chaque individu a un génie gardien sans cesse présent à ses côtés.
Chaque famille à le sien qui se confond parfois avec son ancêtre, chaque coin du sol appartient au maître du lieu '' Bab n wexxam ".
Ils ne portent pas de nom et restent dans le vague du terme " Aεessas n wexxam " ( le gardien de la maison ), " Aεessas n lḥara " qui veut dire gardien des familles ou plus exactement gardien des familles qui soumise à l'autorité du même chef, vivent groupées autour d'une même cour ( lḥara).
A l'intérieur même de chaque maison, les Génies ont leurs endroits favoris. Les objets domestiques auxquels la présence des Gardiens donné un caractère tout parriculier: tout d'abord le seuil, le pilier central, la maîtresse poutre, le trou et les pierres du foyer, le métier à tisser, le moulin de pierrre et les " Ikufan " ou jarres de terre...
Les grandes jarres dans lesquelles sont gardées les provisions de la maison : céréales, figues et légumes secs, ont une silhouette anthropomorphe. Deux des coins supérieurs sont relevés, se sont " thofetussin "(les petites mains ), leur panse s'orne de motifs en zigzag " izerman "(les serpents)...
Les génies gardiens sont présents dans ces récipients auxquels s'attache tout le sacré des céréales et de la nouriture.. Si l'un des "Ikufan" éclate par la suite de la fermentation des graines nouvelles, c'est que les Génies en ont augmenté la quantité. Il faut alors que le maître de maison égorge un chevreau, enduise de son sang tous les autres " Ikufan" et en arose le blé et l'orge qui s'y sont contenus.
Une légende du village Zituna chez les Ait Djennad, souligne la présence des Génies préposés à la garde du grain. Une femme des Ait Ikhlef ne manquait jamais en sortant de chez elle de confier sa maison à sa belle-fille Faṭima, mais elle ajoutait tout bas " Ô Gardien de la maison ! (Aεessas n wexxam) Garde ce que je laisse !"
Un jour, une de ces veuves qui vont de maison en maison vendre des charmes et des amulettes aux jeunes femmes, vint trouver Faṭima qui accepta ses offres et voulu la payer avec ses céréales contenues dans les "Ikufan ".
Pour se faire, et pour ne pas laisser de traces de son larcin , Faṭima descella le plat de la terre luté de bouse de vache qui fermait le haut de l'Akufi, et se pencha dans l'ouverture pour puiser le blé.
A ce moment, sortit du l'Akufi un vieillard à la barbe blanche coiffé d'un turban bleu, qui la retint prisonnière la tête au fond de la barre, les jambes battant dans le vide, c'était le Gardien de la maison, l' "Aεessas n wexxam ", qui ne relâcha son etreinte que lorsque revint la maitresse de maison et disparut aussitôt. Faṭima put alors se dégager mais dut avouer son lacrin à sa belle-mère !