دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

Yennayer 2971

Aseggas Ameggaz

.

.

PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 12 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi...

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • le vernissage de l’exposition de l’artiste photographe Fatiha Ouyed-Ferrah, intitulée« Ablation »,suivi d’un échange autour du même thème,aura lieu le mardi 30 mars 2021 à 14h00,au niveau de la salle Zmirli de la Maison de la MM TO.L’exposition se poursuivra jusqu’au 03 avril 2021.
PENSÉE
PENSÉE:Tarik Chikhi 11 novembre 2019 - 11 novembre 2020
PENSÉE : Tarik Chikhi

11 novembre 2019 - 11 novembre 2020

Il y'a une année nous quittait le grand musicien Tarik Chikhi, natif de la wilaya de Sidi Bel Abbès, à l'âge de 67 ans après une longue souffrance de plusieurs maladies.
Le talentueux musicien est connu pour son amour pour les instruments de musique, notamment le clavier et son parcours de musicien compositeur.

L'enfant de Sidi Bel Abbès était parti en France pour suivre des études en psychologie à l'université de Vincennes, qui était la destination des étudiants algériens à l'époque. En parallèle, il a formé un groupe musical qui se composait de musiciens bélabessiens, à l'instar de BACHI Bouzid, FEKKIH Norredine, BOUCHENTOUF Kaddour et deux ressortissants africains, en France. En 1982, il élargit sa troupe à laquelle s'intègre Lotfi ATTAR, DJELLOULI Hachemi et le chanteur Kada Zina, du groupe les Aigles noirs et l'Africain Miguel LAMBA. TARIK Chikhi l'avait nommé « Raïna Rai » ou « notre idée est une idée ». Une troupe qui a marqué durablement l'histoire récente de la musique algérienne. Un premier CD fut produit dans un studio en France et diffusé par la chaîne Midi 1. Il connaîtra un vrai succès dans le temps. TARIK produit une autre cassette avec Larbi DIDA et TARKMANI Abdellah, qui comportait deux célèbres tubes « Isabelle » et « Ya mimouna diaf Rabi ». Par la suite, le musicien rentre à Sidi Bel Abbès où il a créé un studio de musique dans son domicile, hélas le projet n'a pas connu le succès escompté et il décide de retourner en France, où il demeurera plusieurs années avant de décider de rentrer définitivement à la suite des maladies dont il était atteint.

« Son amour de la musique l'aurait empêché d'opter pour la carrière de psychologue».