دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

Commémoration du 32ème anniversaire de la disparition de Mouloud MAMMERI...

Sous le thème « Mouloud MAMMERI et la poésie de SI MOUHAND OU MHAND ».

célébration de la journée nationale du chahid 18 février...

.

.

Yennayer 2971

Aseggas Ameggaz

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Bienvenue sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou.Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***
THÉÂTRE ALGÉRIEN
Figure emblématique d'Azazga Mohya : le père du théâtre kabyle
Figure emblématique d'Azazga 

Mohya : le père du théâtre kabyle.

L'une des figures les plus emblématiques de la région d'Azazga est le poète , écrivain et dramaturge Abdallah Mohya plus connu sous le nom de Mohya ou Mohand U yahya. Décédé le 07 décembre 2004 à Paris, il a laissé une oeuvre monumentale mais qui gagne à être connu du plus grand public, car elle reste très peu médiatisée. Et ceci est un choix assumé par l'auteur de " win ihewren felli" qui ne croit pas à la marchandisation de l'art et qui estime que la culture ne s'achète pas.


Issu d'une famille originaire du village Ait Rbah, commune Iboudraren, dont le père est un tailleur installé à Azazga, Mohya voit le jour le 1er novembre 1950 à Azazga. Une enfance passée dans cette ville avant que la famille ne regagne Tizi Ouzou où Mohya fréquente le lycée Amirouche. Élève brillant et studieux, il obtient son bac en 1968 et s'inscrit à l'université d'Alger où il obtient une licence en Mathématiques en 1972. Reçu à l'Ecole d'ingénieurs en Hydraulique en France, il part à Strasbourg en 1973. Mais au cours de la même année il regagne Paris où il rejoint le Groupe d'Etudes Amazighs créé à l'université de Vincennes. Il sera un des animateurs des revues publiées par ce groupe : Bulletin d'Études amazighs (BEA) puis Tisuraf. Il a animé aussi la troupe "Asalu" à partir de 1983. C'est autour de cette dernière qu'un atelier de traduction-adaptation s'est constitué. Il a par ailleurs enseigné l'amazigh à l'Association de Culturelle Berbère( ACB). Il a publié des poèmes, des nouvelles ainsi que de nombreuses traductions vers le kabyle de pièces de théâtres (plus d'une vingtaine), nouvelles, poésies...

L'œuvre de Mohya est très diverse et s'inscrit dans trois domaines différents :

L'œuvre littéraire proprement dite constituée de poèmes, de nouvelles et autres textes littéraires divers, créations propres de l'auteur.

L'œuvre littéraire populaire recueillie et/ou complétée par l'auteur.

Les œuvres traduites et adaptées vers le kabyle à partir du français et faisant partie de patrimoines littéraires (et/ou artistiques) étrangers.

Œuvres traduites et adaptées par Mohya :

▪️Am win yettrajun Rebbi, En attendant Godot de Samuel Beckett
▪️Aneggaru a d-yerr tawwurt, La Décision de Bertolt Brecht
▪️Llem-ik, Ddu d udar-ik, L'exception et la règle de Bertolt Brecht
▪️Tacbaylit, La Jarre de Luigi Pirandello
▪️Si Lehlu, Le Médecin malgré lui de Molière
▪️Si Pertuf, Tartuffe de Molière
▪️Muhend U Caâban, Le Ressuscité de Lu Xun
▪️Si Nistri, La Farce de Maître Pathelin, auteur anonyme
▪️Muhh n Muh, Pauvre Martin de Georges Brassens
▪️Sin-nni, Les Émigrés de Sławomir Mrożek
▪️Tajajurt, La Ficelle de Guy Maupassant

Crédit texte : Mohand Ibarsienne (journaliste)