دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

Yennayer 2971

Aseggas Ameggaz

.

.

PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 12 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi...

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • le vernissage de l’exposition de l’artiste photographe Fatiha Ouyed-Ferrah, intitulée« Ablation »,suivi d’un échange autour du même thème,aura lieu le mardi 30 mars 2021 à 14h00,au niveau de la salle Zmirli de la Maison de la MM TO.L’exposition se poursuivra jusqu’au 03 avril 2021.
LE PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE
RABINDRANÀTH Tagore (1861-1941)
RABINDRANÀTH Tagore (1861-1941)

BIOGRAPHIE :

Compositeur, écrivain, poète, dramaturge, peintre, philosophe indien et Premier récipiendaire non-européen du Prix Nobel de littérature en 1913, Rabindranàth Thakur, aussi appelé Tagore ou Gurudev, est né le 7 mai 1861 à Jorasanko près de Calcutta.
Il vient d'une famille appartenant à la caste brahmane de Calcutta. Il a tout d'abord vécu à Shilaidaha dans la demeure familiale où il suivra l'école à domicile les premières années de sa vie et où il composera ses premiers poèmes à l'âge de 8 ans. Il y a été élevé dans une famille d'artistes et de réformateurs sociaux et religieux ce qui marquera profondément sa personnalité mais aussi l'ensemble de son œuvre.
Ses parents souhaitant lui faire suivre un cursus classique, l'inscrivent par la suite au collège Saint-Xavier de Calcutta. Il n'y restera pas longtemps car ce système était bien trop conventionnel pour lui.
A 11 ans, Rabindranath Thagore quitte Calcutta et part avec son père pour voyager à travers l'Inde.
En 1878, il part pour Brighton en Angleterre, dans un établissement privé puis fait son droit à Londres. Il rentrera au Bengale avant d'avoir obtenu son diplôme.
Une fois rentré à Shilaidaha dans le domaine familial, il se marie et fonde une famille. Cette période est la plus florissante pour lui car il y écrira la plupart de ses ouvrages.
En 1901, Rabindranath Thagore quitte Shilaidaha pour s'installer à Santiniketan (au Bengale occidental) où il fondra un ashram comprenant une école expérimentale, des jardins, des pépinières et des bibliothèques.
En 1921, il fonde l'Institut pour la reconstruction rurale (devenu par la suite la Maison de la Paix) à Surul. Cet institut a pour but d'éduquer les villageois afin de les sortir de leur condition sociale grâce au savoir.
Anti-conformiste dans l'âme et profondément moderne pour son époque, il fera partie de ceux qui se soulèveront contre le Raj britannique et soutiendra, tout comme Gandhi son compagnon de route, le mouvement pour l'indépendance de l'Inde.
Il fonde également à Shantiniketan l'université de Visva-Bharati.
Passionné de voyages, Rabindranath Thagore visite plus de 30 pays de par le monde, où il ne manquera pas de sensibiliser les esprits non-indiens à ses travaux et à son combat pour une Inde plus juste et plus moderne, où la caste des intouchables n'existerait plus et où les femmes seraient émancipées.
En 1912, il part pour les États-Unis puis le Royaume Unis où il résidera.
En 1924, il arrive à Buenos-Aires en Argentine où il restera quelques temps pour maladie avant de repartir pour l'Inde.
En 1926, il ira à Naples en Italie puis rencontrera le dictateur Mussolini à Rome mais leurs rapports cordiaux prendront vite fin suite aux prises de parole de Rabindranath Thakur contre Mussolini.
En 1927, il débute un périple de 4 mois en Asie et il compilera ses notes de voyage de cette époque dans son ouvrage « Jatri ».
Début 1930, il voyage durant près d'un an en Europe et aux États-Unis. Il reviendra ensuite au Royaume Unis pour vivre à Birmingham alors que ses peintures seront exposées à Paris et Londres. Il partira ensuite pour le Danemark, la Suisse, l'Allemagne et enfin l'Union soviétique.
Deux de ses chants sont devenus, pour l'un, l'hymne national du Bengladesh, et pour l'autre, l'hymne national de l'Inde.
Il meurt le 7 août 1941 dans le domaine familial à Jorasanko.
Rabindranath Tagore est une grande figure de l'histoire intellectuelle et littéraire de l'Inde moderne. Partisan de l'Indépendance de son pays, celui que Gandhi appelait "La grande sentinelle" refusera toujours la violence car l'harmonie était son idéal - harmonie entre l'homme et la nature, harmonie entre les hommes, entre les nations, entre les arts. Universaliste prônant une union des peuples au-delà des frontières, il aura été l'un de ces utopistes rêvant d'un monde ouvert.

***PUBLICATIONS :
Œuvres traduites en français :

**Recueils de poèmes :
• L'Offrande lyrique (Song Offerings, 1912),
• Le Jardinier d'amour (The Gardener, 1913),
• La Jeune Lune, (The Crescent Moon, 1913)
• Poèmes de Kabir (Songs of Kabir, 1915
• Cygne (Balaka, 1916, A Flight of Swans),
• La Corbeille de fruits (Fruit Gathering, 1916).
• La Fugitive (The Fugitive, 1921)
• L'Écrin vert (Patraputa, 1932),
• Poèmes chantés (Song-poems)

Romans :
• Le Naufrage (Naukadubi, 1905)
• Gora (Gora, 1907)
• La Maison et le Monde (Ghare Baire 1916, The Home and the World)
• Quatre chapitres (Char Adhyaya, 1934)
• Charulata (Nastanirh, 1901. The Broken Nest),
• Kumudini (Yogayog, 1929),

Essais et mémoires :

• Souvenirs (Jivansmriti, 1912, My Reminiscences, 1917)
• Sadhana (Sadhana, 1916, Sâdhanâ : The Realisation of Life, 1913)
• Les Oiseaux de passage (Stray Birds, 1916)
• Le Message de l'Inde au Japon, Conférence faite à l'Université Impériale de Tokyo le 18 juin 1916
• La Religion de l'homme (The Religion of Man, 1931)
• Nationalisme (Nationalism, 1917)
• Lettres à un ami, Rieder, 1931.

**Théâtre :

• Le Cycle du printemps (Phalguni, 1916, The Cycle of Spring)
• Le Roi de la chambre sombre (Raja, 1910, The King of the Dark Chamber, 1914)
• La Machine. Drame en un acte et en prose, (Rieder, 1929)
• Amal et la lettre du roi, 1924.

**RÉSUMÉ DU JOUR :

« L'Offrande lyrique (Gītānjali) » 1913:
Parue en 1913, L'Offrande lyrique (Gītānjali) est essentiellement ressentie par les Européens, dans le contexte de la Première Guerre mondiale, comme une invitation à soutenir les valeurs essentielles de l'existence humaine. Pour les lecteurs indiens, cet ouvrage représente le dépassement de la foi brāhmanique familiale vers la quête d'un dieu personnel, celui que Tagore a appelé « le Seigneur de la Vie » : sa perception paradoxale – d'une présence bienveillante immanente et de l'impossibilité de la connaître, de l'appréhender – s'aiguise au fur et à mesure que lui sont dévoilées à travers une série d'expériences tantôt douces, tantôt aigres, les règles de sa participation à un jeu cosmique.

**Synthèse des sources faite par:Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou