دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

PROGRAMME EN LIGNE DE RAMADAN 12 mai 2020 Maison De Culture Mouloud Mammeri De Tizi...

Ahil Adeslan n wagur n ramdan SEG 1 AR 21 MAGGU 2020

Concours de chant et musique vi@ le net

concours de chant et musique vi@ le net

Concours de chant et musique vi@ le net

concours de chant et musique vi@ le net

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • programme jeunesse d’été, sous le thème:« juillet en fête,le mois de la jeunesse épanouie par la culture »,aura lieu du 10 au 18 juillet 2021,au niveau de la Maison de la Culture Mouloud MAMMERI et son annexe d’Azazga.
LA MINUTE CULTURE GÉNÉRALE
✨ACHEWIQ OU LE CHANT DES ANCÊTRES✨
✨ACHEWIQ OU LE CHANT DES ANCÊTRES✨

En Kabylie et Berbérie en général, tous les gestes de la vie, toutes les cérémonies étaient soutenus par le chant ( Achewik). Achewik est un chant, de la musique, une mélodie incantatoires, sacré, transmis oralement depuis des siècles et de génération en génération, en gardant intacts ses caractères essentiels. Il est intimement lié aux actes du quotidien, aux rituels, à la vie de tous les jours. Il est essentiellement l'apanage des femmes kabyles, pour célébrer la vie quotidienne en terre kabyle, si hostile. Il est sacré car il concerne plusieurs rituels, c'est un véritable hymne à la vie, à l'espoir, à la rage de vivre. C'est aussi un cri de femmes, gardiennes des traditions en terre kabyle. Il est à l'image des chants celtes, irlandais, corses. Achewiq c'était aussi un vivifiant. Les femmes notamment y puisaient la force, pour continuer à vivre, à survivre. Il permettait de retrouver la sérénité, de garder espoir. L'achewiq est aussi une complainte chantée: la souffrance des femmes, leur courage, leurs espoirs.
Achewiq accompagnait les rituels. La mariée qu'on conduisait le 7ème jour (comme le voulait la tradition) à la fontaine, était accompagnée de youyou, et de ces chants (tivoraines) rythmés par un avandayar (tambourin). Sur le parcours elle jetait des fèves, symbole d'abondance et de fertilité. Au retour elle donnait à boire à toute personne qu'elle croisait. Tout en permettant de présenter la mariée aux habitants du village, les chants étaient des louanges aux deux familles qui venaient de s'unir.
Il y avait aussi les chants des travaux (« chant des gauleurs d'olives »...), pour alléger la souffrance face à la dureté des tâches. Il y avait les chants des fêtes et noces, plus rythmées et accompagnés d'une percussion. Il y avait les chants religieux, louanges à Dieu, lors des fêtes à caractères religieux, ceux de la mort pour accompagner le défunt, lui dire adieu. Il y avait aussi les berceuses. Il y avait les chants d'amour, les méditations, et les chants satiriques... Les bergers tuaient l'ennui en chantant des achewiq en s'accompagnant d'un ajouaq (flûte en roseau).
L'achewiq a permis de transmettre un legs de nos racines ancestrales. Il était dédié aux femmes qui prenaient la relève, pour accomplir cette noble mission. Il a joué un rôle déterminant dans la transmission de notre patrimoine immatériel, la préservation de notre identité. La Kabylie a gardé ses valeurs et sa langue, malgré toutes les invasions et occupations étrangères, grâce en partie à ces chants. Surtout qu'ils étaient indissociables de la poésie ( Issefra), achewiq c'est de la poésie chantée. Les poèmes kabyles étaient composés pour être chantés, et sefru signifie séparer le bon grain de l'ivraie (dire ce qui est bien et ce qui ne l'est pas). Telle était la poésie kabyle, et donc l'achewiq.
Nul ne peut rester insensible en écoutant ces chants kabyles, même ceux qui ne comprennent rien à la langue. Ils enchantent, envoûtent, captivent tous ceux qui les écoutent. Ils élèvent carrément hors du temps. Les femmes y mettaient tellement d'amour et de sensualité. Ils vous font couler des larmes, tout comme ils illuminent de joie votre visage. Rendons hommage à Jean et Taos Amrouche qui ont sauvé de l'oubli une bonne partie d'entre eux : « Chants berbères de Kabylie », « Chants Berbères de la meule et du berceau », « Chants de procession, méditations et danses sacrées berbères ». Grâce à eux nous pouvons encore les écouter aujourd'hui. « Miracle d'amour que ces chants sauvés de l'oubli par l'ardente piété de Jean et Taos Amrouche, et qui ne sont pas seulement un hommage à la terre et à l'âme berbères... » disait Philippe Maillard.

©️ Crédit texte : extrait de l'article de Mus dans berberscope